Karl Otto Götz

Né en 1914 à Aix-la-Chapelle, mort en 2017 en Allemagne.

Dans les années trente travaille à l’Ecole des Arts Décoratifs de cette ville, découvre l’importance du Bauhaus, mais par la suite s’inspire aussi des formes surréalistes de Arp, Miro, Max Ernst (Métamorphoses, 1946 – « Variations sur un thème », 1947-48) dans de nombreuses gouaches et temperas. Il participe activement à la revue « Meta », première revue d’avant-garde européenne (avec « Rixes »), aux expositions de groupes Phases et Cobra. Nombreux séjours à Paris dans les années cinquante où il est considéré avec W. Baumeister comme un des meilleurs peintres allemands et participe à la grande exposition de peinture abstraite qui leur est consacrée par René Drouin au Cercle Volney (1955). Daniel Cordier l’exposa ensuite dans les années 50/60 à Paris et à Francfort mais il est surtout considéré comme un des peintres allemands les plus importants depuis la guerre. Sa peinture d’une grande ampleur gestuelle se situe entre l’expressionnisme américain et le romantisme allemand. Elle évoque de profonds tourbillons, tempêtes ou cyclones très maîtrisés et comme saisis au ralenti. Il a participé à de très nombreuses expositions internationales et ses œuvres se trouvent dans la plupart des grands musées. L’association lui a consacré une exposition dans la salle des Convers en 2014.

© Geneviève Bonnefoi, 2007

œuvre de la collection

Sans titre, 1956 : Peinture à la tempera sur papier, 50 x 65 cm.

Don de Geneviève Bonnefoi, 1980.

Expositions : 1959 « Itinéraire d’un jeune collectionneur », Galerie Kléber – J. Fournier, Paris – 1970, « Un Art subjectif ou la Face cachée du monde », Abbaye de Beaulieu – 1981, « Paris, Paris », Centre Georges Pompidou, Paris – 1980-1986, « Autour d’une Collection », Abbaye de Beaulieu et toutes les expositions de la Collection de Beaulieu – 1996, « La Collection de Beaulieu », Cloître des Jacobins, Toulouse.