Expositions / projets

Fondée en 1972, l’association culturelle de l’abbaye de Beaulieu en Rouergue organise des expositions d’art contemporain au sein d’un monument historique géré par le CMN.

Ces expositions sont présentées principalement dans l’ancien dortoir des convers. Des catalogues, plaquettes et autres ouvrages en rapport avec ces manifestations sont édités chaque année. L'association vous propose d'adhérer afin de contribuer au rayonnement de l'expression culturelle et artistique du site.

Téléchargez le formulaire d'adhésion ici.Téléchargez le bon de commande des catalogues ici

 

Saison 2018

Dans le cadre des journées européennes du Patrimoine, en résonance avec l'exposition "Exil et résistance" proposée par l'Association culturelle de Beaulieu, Farah (chant) et Abderrahmane (Bezek), deux jeunes musiciens syriens exilés à Toulouse, vous feront voyager dans la riche culture musicale de leur pays. Concert gratuit dans l’église abbatiale le 15 septembre, 17h.

Carole Delga à l’abbaye de Beaulieu vendredi 17 août.

  • Carole Delga, présidente de la région Occitanie- Midi Pyrénées, s’est arrêtée à l’abbaye de Beaulieu, étape de sa visite dans le Tarn et Garonne. Entourée des conseillers régionaux Dominique Salomon, Patrice Garrigue, Serge Regours, elle a été acueillie par André Massat, président de la Communauté de Communes "du Quercy Rouergue et des Gorges de l'Aveyron", Cécile Lafon , maire de Ginals, et a visité les locaux de l’abbaye cistercienne et l’exposition abritée par l’abbatiale, monument national depuis 1972, sous la conduite de Benoît Grécourt, administrateur de l’abbaye.
  • Après le décès, en février 2018 de Généviéve Bonnefoi, propriétaire et restauratrice de l’abbaye, la transformation des bâtiments monastiques en musée pour abriter la collection d’art contemporain de la donatrice est à l’ordre du jour. Elle exigera un financement conséquent de la région. Dans la salle des Convers, Carole Delga a parcouru l’exposition de l’été 2018,« Exil et Résistance», organisée par l’association culturelle de Beaulieu.
  • Le président, Daniel Cadillac, entouré des membres de son conseil, lui a présenté l’action de l’association qui fonctionne depuis 50 ans. Carole Delga s’est réjouie de la collaboration entre le CNM et une association locale et souhaite que cette situation positive perdure. Cette courte et sympathique rencontre a confirmé tous les acteurs de Beaulieu dans leur rôle au service d’un monument emblématique de la région et de son rayonnement.

 

Vernissage exil et résistance 2 juin 2018

no images were found


  • Du 26 mai au 22 octobre : Exil et Résistance Le thème « Exil et Résistance » se réfère pour cette exposition aux guerres et conflits de la seconde moitié du XXe siècle et à celles de ce début de siècle : barbaries (pays sous occupation, génocides, internement, emprisonnement, déplacement, exil, …) et résistances. Des artistes ont exprimé cet exil et cette résistance Ceux présentés pour cette exposition sont nés entre la fin du 19e et la fin du 20e siècle, ils sont entrés en résistance par l’exil politique et/ou exil intérieur. Pour la première génération l’expression artistique s’est modifiée en profondeur par ses formes et ses contenus comme pour reconstruire l’humanité après les traumatismes de la guerre. A travers le tachisme, l’informel, l’abstraction lyrique, l’art brut, le psychisme, la sensibilité, le monde intérieur sont mis au centre de la création dans le tournant d’après-guerre 39/45. Aujourd’hui des artistes contemporains ayant fui des conflits, artistes soutenant leurs causes, s’expriment de manière plus réaliste. La création artistique devient aussi un moyen de sensibiliser de façon plus directe l’opinion public. Les caricaturistes et dessinateurs de presse des différentes époques ont toujours eu ce rôle de dénoncer l’inacceptable de façon incisive et sont directement menacés. Environ quinze artistes de différentes générations et pratiquant diverses expressions artistiques ont été choisi (sous réserve) pour représenter cette lutte de survie et d’espoir pour la liberté et la paix. Le choix s’est fait selon les possibilités, les rencontres, les opportunités et ne peut prétendre recouvrir toutes les tendances artistiques et culturelles liées à l’exil et à la résistance de ces périodes de l’histoire.
  • Hans Hartung (1904-1989). Allemand puis naturalisé français en 1939. Fuit le nazisme dès 1935. I1 s’engage dans l’armée française en 1939 mais d’origine allemande son parcours est parsemé d’embuches : légion étrangère, fuite, emprisonnement (en Espagne) puis fini par être blessé au combat. Il vint à Paris pour la première fois en 1926 et découvrit Matisse, Léger, Picasso … et fut ébloui par la pureté des formes, des lignes alors que l’expressionnisme allemand montrait des « visions torturées ». H. Hartung va vers une abstraction non formaliste, lyrique avec une action sur la toile, précurseur de l’action painting. Prêt d’une œuvre aux Abattoirs et une œuvre collection privée, soit 2 lithographies.
  • Karl-Otto Götz (1914-2017), allemand. Résistance à l’art officiel allemand durant la guerre, l’art autre étant qualifié d’art dégénéré. Il travaille dans la clandestinité et découvre les surréalistes et le rôle de l’inconscient dans la création. Il réalise une peinture gestuelle, en mouvement. Musicien également, il essaya de faire un pont entre ces deux disciplines. Dès l’après-guerre vient régulièrement en France où il est très lié au monde artistique parisien. Prêt de 3 œuvres collection privé (2 toiles et 1 lithographie) + 2 autres lithographies possible.
  • Marcelle Loubchansky (1917, Paris -1988). Peintre de la collection de Beaulieu et de l’association culturelle. Autodidacte car ses études à l’Ecole des Beaux Arts et Décoratifs furent perturbées par la guerre. D’origine juive, elle a du se cacher pour échapper aux persécutions nazies. Elle a participé à des missions de rapatriement sanitaire de personnes déportées. Elle en garde le souvenir de l’horreur de la guerre. Elle commence à peindre en 1946. Elle se dirige vers l’abstraction, fait partie du groupe dit « tachiste », puis « nuagiste ». Elle poursuit en solitaire l’exploration d’un univers cosmique loin de notre terre. Deux toiles collection association culturelle.
  • Rahma Hajji Azzouz (1939) est une artiste peintre franco-marocaine originaire de Dar-Dar dans la province de Madagh. Rahma habite Bobigny depuis 1969. C’est à l’âge de 70 ans que commence l’histoire de Rahma Hajji Azzouz avec la peinture. Contact en cours avec la fille de l’artiste.
  • Jephan de Villiers (1940). L’association a présenté en 2012 dans la salle des convers Les nomades du silence. L’artiste crée avec des éléments de la nature (bois flottés, plumes, éléments végétaux, …) des êtres porteurs d’une âme et vibrants d’une sensibilité poétique. Ils évoquent un récit parfois tragique, peut-être celui de l’humanité. Une œuvre « Au Bord du Monde I » collection de l’association, la seconde, une procession de personnages prêtée par l’artiste.
  • Paul Le Rabo (1952) né au Vietnam, son père était interprète pour l’administration française. Naturalisé français, arrive à Marseille en 1957, vit à Montauban. Très engagé contre la guerre américaine au Vietnam. Ecole des Beaux-arts de Marseillaise, puis d’architecture. Suite à une grave dépression rentre dans le service du Dr Granier, art thérapie, à Toulouse et depuis se consacre exclusivement à la peinture. Son travail sur le paysage vient de ses origines asiatiques : retrouver la plénitude à sa source. Prêt des œuvres directement avec l’artiste.
  • Abel Reis (1953), sculpteur-fondeur, émigré du Portugal au Brésil pour fuir Salazar, puis du Brésil vers la France. Vit près d’Albi. Prêt des œuvres directement avec l’artiste.
  • Nawras Shalhoub (1974), est né dans le camp des réfugiés palestiniens de Al-Yarmouk en Syrie. Il a pu retourner en Palestine avec sa famille en 1994, où il a vécu dans la bande de Gaza. Diplomé de l’HEAR (Haute Ecole des Arts du Rhin à Strasbourg) en 2007, il vit depuis peu à Toulouse. Son travail composé de peintures, sculptures, vidéos et installations (ex : « A piece of wall for you, mon amour », a été exposé depuis 2008 en Italie, en Corée, à Sharjah, en France et en Palestine.. Il mixe des matériaux comme les douilles, le béton et la cire d’abeilles et le miel, et explore la capacité humaine à transformer douleur et souffrance en joie et vie. Prêt des œuvres directement avec l’artiste
  • Walid El Masri (1979) artiste syrien, vit à Paris. Diplômé de la Faculté des Beaux-arts de Damas en 2005, il a participé à des expositions internationales dont une à l’Institut du Monde Arabe, Paris en 2014. Il a réalisé aussi des expositions personnelles à Londres, Paris, Jeddah, Beyrouth, Dubaï et Damas. Avec sa série Cocon (2014), Walid El Masri s’éloigne de sa série précédente intitulée Chaises. Ce sont des œuvres de cette série Cocon qui seront exposées. La transition et la possibilité d’une transformation sont une représentation symbolique des défis auxquels fait face l’avenir de la Syrie.
  • Genjo Selwa (1993) kurde irakien. Vit à Toulouse. Dessins ou peintures aux sujets réalistes (beaucoup de colonnes humaines) inspirés de sa traversée de l’Europe à pied, du camp de Calais où il a fait parti du collectif Jungle Eye photographers. Présentation d’aquarelles.  Prêt directement avec l’artiste et avec Daniel Vignal, ex-galeriste toulousain.
  • Christian Glace (1949).Vit et travaille à Pechbonnieu, près de Toulouse. Etudes dans les domaines du socioculturel, de l’agriculture, des sciences sociales. A exercé divers métiers en même temps que son activité artistique. Né d’une mère Tatare de Crimée, déportée par l’armée allemande en 1941, puis travailleuse forcée dans un camp. L’exil pour sa mère, se retrouvant dans une communauté ouvrière au Creusot chez un beau-père policier, fut une douleur extrême. Ce mal de l’exil et ce profond sentiment d’abandon lui ont été transmis et pour une grande part l’ont constitué.Il a exposé notamment au profit d’exilés syriens avec «Toulouse Syrie Solidarité». A aussi participé en 2006 à l’exposition «Empreintes d’un territoire» à l’abbaye de Beaulieu. Voici ce qu’écrivait Geneviève Bonnefoi à propos de son travail : ... Etrange parcours pour un homme dont l’œuvre, si retenue, semble plutôt tournée vers l’esprit... L’extrême sensibilité de ses sculptures, de ses groupes aux allures humaines, trouve sans doute sa source dans le fait qu’il utilise des bois déjà vieillis, usés par le temps, les intempéries, le ressac... Nous sommes accablés d’images, dit-il encore – les images masquent le réel – il faut revenir à la matière, au sensible, au palpable. Ce qu’il réussit parfaitement mais en y mettant une charge d’humanité émouvante. (catalogue Empreintes d’un territoire III, abbaye de Beaulieu, 2006).

Cailhol 2017

Nous éditons un livre d'art " la Belle Histoire " de Cailhol  au prix de 25 euros que vous pouvez commander avec 6 euros de frais de port.Association de l'abbaye de Beaulieu en Rouergue 82330 Ginals.

vous pouvez aussi commander le catalogue de 72 pages contenant  66 reproductions qui est en vente 20 euros + 6 euros de frais de port formulaire de commande des catalogues


 
   
Lieu d'exposition Abbaye de Beaulieu salle des convers ouvert de 10h30 à 12h30 et 14h30 à 18h ouvert tous les jours en juillet août fermé le mardi à partir de septembre.

Laisser un commentaire